ACCUEIL MISSIONS DU CABINET PLAN D'ACCÈS CONTACT



Exial Compta
Expertise Comptable
Commissariat aux Comptes

2 rue de la Haie aux Vaches
78690 LES ESSARTS LE ROI
Tél. 01.34.85.11.40
Fax : 09.78.13.75.15
contact@exial-compta.com







    EN SAVOIR PLUS >  FICHES-EXPERT

  Les assistants électroniques anti-radars

En seulement quelques années, la France, dont le trafic automobile n'a cessé de croître et qui n'avait jamais connu la moindre embellie sur le front des accidents automobile a vu, grâce aux contrôles automatiques, le nombre de tués sur les routes être divisé par deux. Un succès aussi impressionnant qu'inattendu qui, loin de satisfaire les responsables de la sécurité routière, les a convaincus qu'en augmentant le nombre de radars, celui des accidents continuerait à baisser. Bref, c'est quelque 2 500 appareils fixes ou mobiles supplémentaires que nous allons voir pousser sur les bords des routes dans les cinq prochaines années. Une situation qui, bien que moralement peu contestable, nous conduit, pour sauver nos points, à scruter les bas-côtés et notre compteur de vitesses plutôt qu'à nous consacrer à la route et à ses dangers.

haut de page

Des assistants électroniques ?

Pour se concentrer à notre place sur les bas-côtés de la route, il existe, dans le commerce, un certain nombre d'appareils électroniques. Proposés sous la forme de boîtiers à « ventouser » sur le pare-brise ou à intégrer dans la calandre ou le pare-chocs, ces assistants utilisent différentes technologies qui leur permettent de localiser, de détecter ou de brouiller une émission radar. Si dans plusieurs pays européens il est possible d'équiper son véhicule de ces gadgets bien pratiques, il faut savoir qu'en France, certains d'entre eux sont tout simplement interdits. Aussi, avant d'acheter un de ces appareils dont les mérites sont largement vantés sur le Net, il convient de savoir s'ils peuvent être utilisés en France en toute légalité.

haut de page

Que dit la loi ?

Pour avoir une idée précise de ce que la loi prohibe, il faut se plonger dans le code de la route et entamer la lecture de l'article R. 413-15. Ce dernier nous annonce en substance que la possession de tout appareil destiné à « déceler la présence » ou à « perturber » le fonctionnement d'un radar ou de tout autre « système servant à la constatation des infractions » au Code de la route est puni d'une amende de 5e catégorie (jusqu'à 1 500 €) ; d'un retrait de deux points ; d'une saisie du matériel et enfin d'une suspension de permis pouvant aller jusqu'à trois ans.
Soyons précis :
- par possession, il faut entendre : « le fait de détenir », « de transporter » ou de « faire usage » ; dès lors, même si le système n'est pas opérationnel, qu'il est débranché, non encore installé, ou simplement transporté car destiné à un tiers, l'infraction peut néanmoins être constatée ;
- le 2° du III de l'article R. 413-15 précise que si l'appareil interdit a été « placé, adapté ou appliqué sur le véhicule », autrement dit durablement installé et non simplement « ventousé » sur le pare-brise, le véhicule pourra être également confisqué.
Par conséquent : avant de s'équiper d'un appareil anti-radar, notamment acheté sur le Net, il faut vérifier que celui-ci est bien autorisé en France.

haut de page

Les appareils interdits...

Le droit pénal étant d'interprétation stricte, seuls les appareils capables de «déceler la présence» d'un radar ou d'en « perturber » le fonctionnement sont interdits. Il convient donc d'examiner les technologies utilisées par les systèmes de localisation, les détecteurs ou encore les brouilleurs pour savoir s'ils peuvent ou non être utilisés en France.

Les détecteurs

Il s'agit d'un appareil électronique qui réagit lorsque le véhicule entre dans le champ d'un radar. À cet instant, le conducteur est alerté, le plus souvent par l'allumage d'une diode présente sur le boîtier inséré dans l'habitacle et par l'émission d'un son strident. Plus l'appareil est efficace, plus tôt le conducteur est prévenu, lui permettant ainsi de réduire sa vitesse et d'éviter une sanction.

Quels radars sont détectés ?

Il existe deux grandes familles de radars. Les dopplers et les lasers. Les premiers équipent les forces de police depuis de nombreuses années. Ils sont fixes (en forme d'obus) ou portables, peuvent être couplés avec un appareil photo et un flash (ils fonctionnent donc aussi la nuit). Ils ont la réputation d'être peu efficaces par temps de pluie, doivent être correctement orientés et ont une portée réduite (entre 50 et 100 m).
Les lasers ont fait leur apparition sur le territoire français il y à peine quelques années. Ces appareils mobiles et légers (non couplés à des appareils photo) peuvent être transportés et déployés simplement (les célèbres « jumelles ») et ainsi être installés dans les endroits les plus improbables. En terme de portée, ils permettent de relever la vitesse d'un véhicule distant de plus de 100 m (jusqu'à 500 m, lorsque l'appareil est fixé sur un trépied). En revanche, ils sont peu efficaces la nuit.

Soyons précis :
- le radar doppler diffuse un champ électromagnétique. Lorsqu'un véhicule entre dans ce champ, le radar effectue, en moins d'une seconde, une série de relevés lui permettant d'en calculer la vitesse. Il doit être positionné de manière à respecter un angle de 25° par rapport à la route surveillée sous peine de relever des vitesses « fantaisistes » ;
- le radar laser utilise un faisceau lumineux. Sa technologie lui permet d'effectuer un plus grand nombre de relevés, toujours en moins d'une seconde, et ainsi de calculer avec plus de précision la vitesse réelle d'un véhicule.

Les détecteurs de radars sont en principe efficaces avec les dopplers et les lasers. Si l'on se réfère à une récente étude menée par Auto plus, les appareils proposés sur le marché permettent, pour les plus performants, de détecter des radars laser jusqu'à 1 800 m et les dopplers jusqu'à 1 000 m. Il faut néanmoins préciser sur ce dernier point que la détection des dopplers peut être rendue difficile si le détecteur se trouve dans l'habitacle derrière un pare-brise de type « athermique » qui va gêner le passage des ondes électromagnétiques (la distance de détection passe alors de 1 000 à moins de 250 m). Ces détecteurs sont vendus entre 100 et 1 000 €. Dans la mesure où ils sont conçus pour « déceler » la présence des radars, leur possession et leur usage sont illégaux en France.

Les brouilleurs

Procédé technique prévu pour « perturber » le fonctionnement d'un « système de constatation des infractions » au code de la route, les brouilleurs sont bien évidemment interdits de détention et d'usage en France. Sans entrer dans les détails, ils vont empêcher les forces de l'ordre de réaliser un relevé de vitesse en « neutralisant » le faisceau lumineux qui vient frapper le véhicule. À la différence de nombre de détecteurs, les brouilleurs se composent de plusieurs modules (capteurs, boîtier de signalisation) dont certains doivent être installés dans la partie avant du véhicule (calandre, pare-chocs). Le montage d'un brouilleur nécessite de bonnes compétences techniques. Pour acquérir un brouilleur, il faut compter entre 200 et 1 000 €.

Soyons précis :
- les brouilleurs ne réagissent qu'aux ondes laser, ils ne peuvent rien « contre » les radars doppler et leurs ondes électromagnétiques ;
- les brouilleurs ne sont pas simplement « ventousés » sur un pare-brise, ils sont installés dans le véhicule. Dès lors, en cas de découverte, la saisie du véhicule sera à coup sûr ordonnée.

haut de page

...et ceux qui sont autorisés

Les systèmes de localisation ne perturbent pas le fonctionnement des radars et n'en décèlent pas la présence. Leur détention comme leur usage sont donc tout naturellement autorisés en France comme ailleurs. En réalité, ces assistants électroniques ne sont que des GPS (système de géolocalisation) totalement dédiés à l'identification des zones où sont installés les radars.

Fixes et mobiles

Bien entendu, les radars fixes sont localisés, mais ce qui constitue l'intérêt principal de ces appareils c'est qu'ils permettent, grâce à leur base de données, d'identifier des zones dans lesquelles ont lieu les contrôles « mobiles », c'est-à-dire non signalés par un panneau.

Soyons précis :
- pour identifier les zones à risques, c'est-à-dire celles dans lesquelles les contrôles mobiles sont réalisés, les concepteurs de ces appareils s'appuient sur les données communiquées par les forces de l'ordre (le plus souvent les zones de contrôle sont annoncées dans la presse locale). Ils comptent aussi sur les signalements des utilisateurs des assistants (signalement sur le Web, ou plus simplement à l'aide d'un bouton présent sur le boîtier permettant à l'automobiliste d'enregistrer la position d'un radar non signalé) ;
- la mise à jour de la base de données est gratuite et se fait par internet. La plupart des boîtiers sont pourvus d'une prise USB.

Fonctionnement

À l'instar des détecteurs, les GPS émettent un bruit (bip, voix de synthèse) et affichent une information (diode de couleur ou information sur un écran) lorsque le véhicule entre dans une zone à risques. Le conducteur peut ainsi identifier le type de contrôle (radar fixe = présence certaine, ou radar mobile = présence possible) et adapter sa vitesse. S'il ne le fait pas, la plupart des boîtiers continuent à émettre un son strident jusqu'à ce que le conducteur « obtempère » et fasse passer son véhicule sous la vitesse maximale autorisée.

Ces assistants se présentent sous la forme de petits boîtiers (de la taille d'un paquet de cigarettes à celui d'une modeste clé USB comme le K1 d'Inforad) qu'il convient de « ventouser » sur le pare-brise ou le tableau de bord (attention, comme les détecteurs et de nombreux autres GPS, ces appareils fonctionnent moins bien lorsqu'ils sont installés dans un véhicule équipé d'un pare-brise athermique). Ils sont alimentés par batterie (autonomie de 5 à 7 heures) et peuvent dans tous les cas être branchés sur l'allume-cigare. Certains modèles, comme le G300 distribué par Tecno Globe et Xtream Wearther, sont proposés avec une oreillette et un brassard pour équiper les motards.

Vendus de 49 à 200 €, les GPS anti-radars sont disponibles sur le Net mais également, pour les produits les plus répandus (les marques Navirad et Inforad), dans les grandes surfaces d'électronique généralistes et spécialisées.

haut de page

Article du 11/12/2008 - © Copyright SID Presse - 2008




En savoir plus...

Report en arrière des déficits : notion de bénéfice d’imputation
10/05/2011
Le nouveau mode de calcul de la réduction Fillon
10/05/2011
L’augmentation des engagements des associés
10/05/2011
Trouvez de nouveaux clients grâce aux places de marché
10/05/2011
Le régime matrimonial de la participation aux acquêts
06/05/2011
Les fonds socialement responsables
09/02/2011
Le Mandat de protection future
09/02/2011
Utiliser les comparateurs pour faire connaître ses produits sur Internet
07/02/2011
Méfiez-vous des « renifleurs » !
07/02/2011
Fixation du loyer du bail commercial renouvelé
07/02/2011
Révision du loyer du bail commercial en cours
07/02/2011
Perte de la moitié du capital social
31/01/2011
Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop)
31/01/2011
La contre-visite médicale diligentée par un employeur
31/01/2011
Location de locaux professionnels et option à la TVA
31/01/2011
Investir dans les trackers
18/11/2010
Faut-il passer à la téléphonie sur IP ?
17/11/2010
La clause de réserve de propriété
17/11/2010
Précisions sur les modalités du droit individuel à la formation
17/11/2010
La déclaration européenne des services
17/11/2010
La taxe sur les véhicules de sociétés
15/11/2010
Le remboursement de la TVA payée au sein de l’Union européenne
10/11/2010
Le régime juridique de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
L’imposition de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée
12/10/2010
Recrutement d'un salarié : les règles juridiques à respecter
12/10/2010
Twitter : un outil pour l’entreprise ?
07/09/2010
Le reclassement à l’étranger d’un salarié licencié pour motif économique
07/09/2010
Apport en société d’une entreprise individuelle
07/09/2010
Ordres de Bourse : mode d’emploi
13/07/2010
Un iPad ? Pour quoi faire ?
13/07/2010
Le sort du bail commercial en cas de procédure collective du locataire
13/07/2010
La situation du salarié victime d’une inaptitude d’origine professionnelle
13/07/2010
Exonération des intérêts de retard : la technique de la mention expresse
12/07/2010
Contrats d’assurance-vie et ISF
22/06/2010
Maîtriser Windows 7
22/06/2010
La société en participation
21/06/2010
Portée d’une transaction
21/06/2010
Les modalités de décompte des effectifs d’une entreprise
18/06/2010
Exonération des cessions d’entreprise en fonction de leur valeur
18/06/2010
La réforme de la TVA immobilière
18/06/2010
Les rendements 2009 des contrats d'assurance-vie en euros
12/05/2010
Le point sur le « Cloud computing »
12/05/2010
Comment organiser la prise des congés payés d'été
12/05/2010
Quand y a-t-il harcèlement moral ?
12/05/2010
La clause de non-concurrence en droit commercial
12/05/2010
La déductibilité des frais d'acquisition de titres de sociétés soumises à l'IS
12/05/2010
Acheter des « mots-clés » pour booster son site internet
14/04/2010
La sous-location de locaux commerciaux
14/04/2010
Le rescrit social
14/04/2010
Réduction de capital et droits d'enregistrement
14/04/2010
Réduction d'impôt « Madelin »
14/04/2010
Comment référencer un site dans un moteur de recherche
28/01/2010
Déposer un nom de domaine
28/01/2010
Les avantages fiscaux de la holding de reprise
28/01/2010
La délégation de pouvoirs dans les sociétés
28/01/2010
La nouvelle procédure d'instruction des accidents du travail
28/01/2010
La publicité des comptes des associations et des fondations
21/01/2010
Mieux utiliser sa boîte aux lettres électronique
21/01/2010
La convention d'occupation précaire
08/01/2010
Combattre le stress au travail
07/01/2010
Le régime fiscal de la location en meublé
07/01/2010
Le nouveau statut de loueur en meublé professionnel
07/01/2010
Les fonds de dotation
05/01/2010
Le taux de participation à la formation continue
05/01/2010
Les nouvelles modalités du cumul emploi-retraite
21/07/2009
Maintien de la prévoyance d'entreprise au profit des ex-salariés
21/07/2009
Redressement fiscal et sursis de paiement
21/07/2009
Option des sociétés de capitaux à l'IR
21/07/2009
Pénalités de retard pour non-paiement d'une facture
21/07/2009
Mise en réserve des bénéfices d'une société par l'usufruitier
21/07/2009
Gérer une flotte de portables
21/07/2009
Report des congés payés d'un salarié malade
11/06/2009
Vérification de comptabilité et contrôle inopiné
11/06/2009
Linux : comment donner une nouvelle vie à un PC
12/05/2009
Information sur la santé et la sécurité au travail
07/04/2009
L'option pour le remboursement mensuel de la TVA
07/04/2009
L'assurance-vie, instrument de financement
07/04/2009
Soldes, liquidations, ventes au déballage : les nouvelles règles du jeu
07/04/2009
Le point sur les NetTops
07/04/2009
Réforme du droit des entreprises en difficulté
10/03/2009
Délais de paiement : la nouvelle règle du jeu
10/03/2009
La souscription au capital de SOFICA
10/03/2009
Compte et dépôt à terme
05/02/2009
Le point sur le SPAM
05/02/2009
Entreprises nouvelles et zones d'activité
12/01/2009
L'épargne solidaire
12/01/2009
Le point sur les virus informatiques
12/01/2009
L'obligation d'information des salariés sur les contrats d'assurance de groupe
11/12/2008
Déplafonnement du loyer du bail renouvelé
11/12/2008
Investissements locatifs dans le tourisme
11/12/2008
Les assistants électroniques anti-radars
11/12/2008
Quand la bureautique devient « écolo »
17/11/2008
Le droit de rétractation de l'acquéreur d'un bien immobilier
07/10/2008
Comment déterminer la convention collective de branche applicable à l'entreprise ?
04/09/2008
Cession d'actions : le délai pour procéder au rachat après un refus d'agrément
04/09/2008
Trouver un fichier en toute simplicité sur son PC
04/09/2008
Caution du dirigeant : les risques fiscaux
10/07/2008
Assurance-vie : une épargne toujours disponible ?
10/07/2008
Comment bien réagir face au fisc ?
12/06/2008
Gare à la durée du cautionnement souscrit par un dirigeant au profit de sa société
19/05/2008
Comment bien utiliser Google
19/05/2008




© 2009-2019 - Les Echos Publishing - mentions légales et RGPD